Mi-mandat : fausses notes dans un concert de louanges

Le maire-président, David Gehant, affirme avoir réalisé 75 % de ses promesses de campagne et vante ses réalisations à grand renfort de communication. Mais, trop souvent, celle-ci travestit la réalité. Impossible d’aborder ici tous les sujets. En voici une sélection pour comprendre où va Forcalquier. Gérard Avril, l’ancien maire, nous a fait part de quelques commentaires

L’EAU DU ROBINET

La distribution de l’eau est le tout premier service public qu’une commune doit assurer à ses habitants. Nous n’avons pas compris pourquoi David Gehant ne s’est pas emparé de ce sujet dès le début de son mandat, alors que la fin du contrat avec la Société des eaux de Marseille (SEM) était très proche. Il s’est retrouvé à devoir faire un appel d’offres dans la précipitation, ce qui laisse peu de place à une véritable mise en concurrence. Résultat : le prix du mètre cube d’eau va considérablement augmenter. La SEM étant déficitaire à Forcalquier, elle proposera très certainement un contrat où elle ne le sera plus. Ce dossier n’aura pas été géré à la hauteur des enjeux, ni au mieux des intérêts de la population.

LA VIDÉOSURVEILLANCE

Le sentiment d’insécurité est une réalité que les politiques doivent prendre en compte, ici comme ailleurs. Mais il y a plusieurs façons d’y répondre.

“Il faut se protéger, c’est sûr. Mais à un moment, il faut savoir arrêter le curseur : par exemple, les gilets pare-balles, c’est trop pour la circulation des enfants aux abords des écoles.” Gérard Avril, ancien maire

La vidéosurveillance est un outil parmi d’autres, que le droit français nconsidère comme une atteinte à la liberté d’aller et venir et au droit à la vie privée. C’est pourquoi elle ne doit être utilisée que si cela est vraiment nécessaire et de façon proportionnelle aux risques estimés.

Il est impossible de savoir sur quels éléments la mairie s’est appuyée pour conclure à la nécessité de la vidéosurveillance à Forcalquier, puisqu’elle refuse de les communiquer.

Les chiffres mis en avant dans la propagande de la ville démontrent en tout cas que la délinquance y est moitié moins importante qu’ailleurs dans le département, qui est lui-même bien en dessous de la moyenne nationale.

Nous pensons que la prévention est un outil beaucoup plus efficace pour réduire le risque d’insécurité et rassurer la population.

L’ÉCLAIRAGE NOCTURNE

Dès son entrée en fonction, David Géhant a rallumé les lampadaires sur toute la commune. La municipalité précédente, sur proposition de Forcalquiérens, avait fait le choix de les éteindre entre minuit et 5 h depuis 2017.

“Après une expérimentation et en concertation avec la population, nous avions déterminé les lampadaires à éteindre. L’extinction de l’éclairage nocturne a engendré un gain financier non négligeable pour la commune.” Gérard Avril, ancien maire

Le parc naturel régional du Luberon incite les 78 communes adhérentes – dont Forcalquier – à protéger le ciel nocturne et les accompagne vers la diminution de la pollution lumineuse. En 2019, déjà les trois quarts des communes étaient passées à l’acte.

L’alternance du jour et de la nuit règle la vie animale et végétale, et participe à la santé et à un sommeil de qualité pour les humains. L’éclairage de nuit casse cet équilibre, gaspille de l’énergie et augmente la facture d’électricité de la commune.

Quant à l’aspect sécuritaire, plusieurs études montrent que l’éclairage nocturne favorise la délinquance et les cambriolages : une rue éclairée aide les cambrioleurs. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’obscurité nous protège !

CE QUI A ÉTÉ DÉTRUIT

◉ Suppression du centre d’art contemporain Boris Bojnev, qui prive les artistes d’un lieu majeur d’exposition de leurs créations.

◉ Suppression des ronds-points « secs » qui avaient été spécialement conçus pour ne pas devoir être arrosés.

◉ Dehors La Baleine qui dit « Vagues ». Voilà un acteur culturel qui était bien implanté localement. Il intervenait dans les écoles, au collège et devant le grand public, avec ses contes subtilement racontés et mis en scène. La mairie les a mis dehors, certes à l’issue de leur bail en octobre 2022. Il n'y avait pourtant pas d'urgence à libérer ce local, qui est toujours vide depuis.

◉ Et que dire du management autocratique qui a forcé nombre d’agents à démissionner et à quitter les services de la mairie, la plupart sans être remplacés…

“Avec mon équipe, les agents étaient avant tout des collaborateurs.” Gérard Avril, ancien maire

LA STRATÉGIE DU COUCOU

Ce qu’il doit à ses prédécesseurs…

Dans sa communication, le maire-président s’approprie des initiatives de ses prédécesseurs en laissant penser que c’est lui qui les a mises en place :

◆ La distribution de fournitures scolaires est une très ancienne pratique dans la commune. Merci d’avoir continué !

◆ L’atelier de la boulangerie Cum Panis : un projet qui a commencé à être étudié par la communauté de communes

en 2018, soit bien avant ce mandat-ci.

“Le projet initial était beaucoup plus esthétique pour un bâtiment en entrée de ville.” Gérard Avril, ancien maire

◆ Les composteurs individuels à 15 € existent depuis 2006.

◆ Les travaux de la cathédrale ont été programmés en différentes tranches sur plusieurs années, depuis 2017. Le curé

Christophe Disdier-Chave avait même envoyé un courrier aux trois listes candidates aux municipales de 2020 leur demandant si elles comptaient poursuivre les travaux engagés.

◆ De même, les travaux de réhabilitation du gymnase (Cosec) ont été commencés par la municipalité précédente.

◆ L’extension de la crèche, qui a permis l’installation du Relais petite enfance (RPE), est bien due à l’ancienne mandature.

Le maire-président ne s’est pas privé de se l’approprier avec force communication sans, naturellement, préciser qu’il n’était pas à l’initiative de ce projet.

◆ Et, bien évidemment, le nouveau réservoir d’eau potable n’est pas tombé du ciel un beau matin : il est le fruit de réflexions techniques, d’études de faisabilité, de recherche du site adéquat et autres plans de financement, depuis plus d’une dizaine d’années. ●

Une mairie tour d’ivoire

Auparavant il était aisé

Dans la mairie de pénétrer

De même à la Comcom au Grand Carré

Tout simplement pour s’informer

Mais aujourd’hui tout a changé

Pour toute démarche à effectuer

La boîte aux lettres est à l’entrée

Sinon patte blanche il faut montrer

Pour la personne souhaitée

Pouvoir la rencontrer

Les relations humaines effacées

Mais mairie et comcom préservées

Ainsi il en va pour les administrés

De la commune de Forcalquier

De cette façon nouvellement gérée !

●Nicole Deriancourt●

Ce dossier a été réalisé parCharles Dannaud, Rémi Duthoit, Geoffroy Gonzalez, Danièle Klingler, Isabelle Mercier, Marie-Aube Ruault, et illustré par Macrouf

Autres articles

Odile Chenevez nous a quittés

Nous soutenons les « gardiennes de Lure »

Notre immobilité, leur priorité

L’énergie solaire, c’est d’abord l’affaire des citoyens

Ressources

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des tracts envoyés aux forcalquiérennes et forcalquiérens.

P.V. d'A.G. 07.07.20

Le 7 juillet dernier s’est tenue l’assemblée générale de Forcalquier en commun en présence de 77 adhérents. Vous en découvrirez ici le procès-verbal qui relate, outre les formalités d’usage, quelques orientations pour l’avenir de notre association.

Tract #1

Qui sommes-nous ?
Les bases de notre action

Tract #2

Qui sommes-nous ?
La liste

Tract #3

Le programme
L'agenda