Malaise dans la culture

Le départ de La Baleine qui dit « Vagues » vient renforcer l’inquiétude de nombreux habitants et acteurs culturels de Forcalquier sur la place donnée à la culture par la municipalité

Depuis 2019 au Grand Carré, La Baleine qui dit « Vagues » anime le Centre de ressource et d’initiatives pour le conte (Cric), un fonds en accès libre de près de 2 000 ouvrages, y compris sonores. La Baleine, c’est aussi un travail de collecte d’histoires auprès des anciens dans les maisons de retraite, des passages en crèche, dans les écoles et au collège : 120 élèves de 6e ont été initiés au conte et une classe de 5e « option conte » a été créée.

Le conte forcalquiéren de la Baleine touche-t-il à son terme ? C’est probable : à partir de fin octobre, le Cric devra déménager, à échéance de son bail et sans solution de repli. Pourtant, la Baleine avait pris les devants en rencontrant le maire dès février. Ce dernier lui avait dit qu’il viendrait voir le travail du Cric et discuter de son avenir. Las… il n’est pas venu et, en mai, la Baleine était officiellement informée qu’elle devrait plier bagages, sans proposition d’alternative.

Une collection qui dort dans les cartons

La manière dont cette affaire a été menée par la majorité municipale vient renforcer une interrogation lancinante : quelle place cette équipe accorde-t-elle à la culture ? Dès le début du mandat, la question s’est posée avec le déménagement du musée de Forcalquier du dernier étage de la mairie vers le centre d’art contemporain Boris Bojnev.

Sur le papier, il s’agissait de mettre en valeur la collection du musée. Dans les faits, la plus grande partie de cette collection dort aujourd’hui dans des cartons à La Bonne Fontaine et l’association Patrimoine du pays de Forcalquier, qui animait le musée depuis 2012, a été exclue du choix des expositions temporaires. Quant aux artistes contemporains, ce jeu de chaises musicales ne leur laisse que les Caves à Lulu pour présenter leurs oeuvres.

Impasse sur la culture

L’une des singularités de Forcalquier est la richesse de sa création culturelle et artistique, étonnante pour un territoire de cette taille. Comme reconnaissance de leur engagement pour le rayonnement de la ville, les acteurs de la culture méritent mieux que d’être menés en bateau ou ignorés par la mairie. Deux exemples : l’affiche de la fête des associations 2022 illustrée, dans un premier temps, uniquement par des symboles sportifs, avant d’être modifiée ; et le dernier Forc’Actus, titré « Un été sous le signe de la culture et du sport », ne parle pas, dans son agenda, des trois grands événements culturels de l’été : les Rencontres musicales de Haute-Provence, le Cook Sound Festival et les Oralies !

En revanche, on sait tout des activités proposées par la mairie, notamment celles destinées aux enfants. C’est très bien qu’elles existent, mais l’animation et le divertissement ne font pas une politique culturelle. • Ch.D.

Autres articles

Cherche projet touristique…

Suppression d’Oxy’Jeunes : nos ados livrés à eux-mêmes ?

Les associations de Forcalquier : plus de transparence pour plus de confiance

Ressources

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des tracts envoyés aux forcalquiérennes et forcalquiérens.

P.V. d'A.G. 07.07.20

Le 7 juillet dernier s’est tenue l’assemblée générale de Forcalquier en commun en présence de 77 adhérents. Vous en découvrirez ici le procès-verbal qui relate, outre les formalités d’usage, quelques orientations pour l’avenir de notre association.

Tract #1

Qui sommes-nous ?
Les bases de notre action

Tract #2

Qui sommes-nous ?
La liste

Tract #3

Le programme
L'agenda