La dette, un indispensable outil de développement

Dans Sur la place n°2 (septembre 2021, « La dette, un indicateur à surveiller »), nous attirions l’attention sur le besoin de « gérer au plus près le financement des investissements nécessaires à la ville » pour « ne pas alourdir le niveau d’endettement de la commune ». Un an plus tard, nous découvrons une forte diminution de la dette (– 22 % selon Forc’Actus n°6, 2e trimestre 2022).

Mais ce qui serait une bonne nouvelle pour un ménage ou une entreprise ne l’est pas forcément pour une collectivité locale

Une telle réduction de la dette s’explique par le fait qu’il n’y a pas eu d’emprunt en 2020 ni en 2021 (et il n’y en aura probablement pas en 2022), tout en poursuivant son remboursement. Ainsi, mécaniquement, le volume de la dette diminue chaque année.

Or, c’est notamment l’emprunt, donc la dette, qui permet de financer les projets de développement de la ville, comme les acquisitions de bâtiments ou de terrains, l’appui à la création de filières nouvelles, etc.

Où sont les projets d’investissement ?

Les quelques investissements en cours ou récents (végétalisation des cours d’écoles, plantation de 100 arbres, réfection du campanile Saint-Pierre, réhabilitation énergétique de la mairie…) répondent pour la plupart à des appels à projets de la région Sud Paca ou du département, qui apportent près de 80 % des financements – ce qui est, reconnaissons-le, plutôt favorable pour les finances de la commune.

Mais où sont les investissements novateurs et ambitieux ? Comment le patrimoine communal est-il entretenu et valorisé ? Quels sont les projets structurants pour la commune ?

L’ancien palais de justice (1842) – qui abritait le tribunal d’instance jusqu’en 2009 – est à l’abandon et   se dégrade.

Une rénovation paraît urgente. Situé en plein coeur de la ville, il pourrait accueillir des activités nouvelles, associatives ou entrepreneuriales, qui répondraient aux besoins locaux.

La rénovation énergétique des écoles devient impérative pour le confort des occupants en hiver comme pendant les grandes chaleurs 1. De même, qu’attendons-nous pour répondre à la forte demande en logements sociaux ?

Pourtant, la commune a les moyens

À lire la communication officielle sur le budget 2022, on constate une gestion très comptable de la commune, sans projets d’envergure et avec, cette année encore, un excédent de fonctionnement important. Avoir une réserve de précaution est compréhensible après les aléas des crises sanitaire, puis climatique, et maintenant l’augmentation des coûts de l’énergie. Mais 1,45 million d’euros d’excédent en 2021 (sur un budget de fonctionnement de 6,5 millions), est-ce bien raisonnable ? Sachant que cet excédent peut être versé en section d’investissement ; encore faut-il avoir des projets d’envergure.

Ou alors s’agirait-il d’une manœuvre pour préparer l’annonce d’une baisse des impôts locaux ? Ce serait bien évidemment démagogique et cela dissimulerait mal un manque de volonté à mettre en oeuvre les investissements durables dont la commune a besoin. Parce qu’au fond, à quoi servent nos impôts si ce n’est au bien-vivre ensemble dans une ville en évolution constante ? • I.M.

1. Voir aussi p. 4 « Gouverner, c’est prévoir ».

Autres articles

Une nouvelle maison de santé : la charrue avant les bœufs

La forêt sacrifiée sur l’autel de l’énergie ?

Ressources

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des tracts envoyés aux forcalquiérennes et forcalquiérens.

P.V. d'A.G. 07.07.20

Le 7 juillet dernier s’est tenue l’assemblée générale de Forcalquier en commun en présence de 77 adhérents. Vous en découvrirez ici le procès-verbal qui relate, outre les formalités d’usage, quelques orientations pour l’avenir de notre association.

Tract #1

Qui sommes-nous ?
Les bases de notre action

Tract #2

Qui sommes-nous ?
La liste

Tract #3

Le programme
L'agenda