Cherche projet touristique…

Dès le début de la saison estivale, les lettres géantes #FORCALQUIER ont masqué l’office de tourisme intercommunal (OTI). Comme le symbole d’une pratique politique à la mode : les réseaux sociaux vaudraient plus que le travail de fond

Le 31 juillet dernier, le directeur de l’OTI a démissionné, « lassé » de ne pas pouvoir faire son travail. Une décision réfléchie, après deux années au cours desquelles les salariés de l’OTI (7 en 2019, ils seront à 4 en octobre 2022) ont été sommés de « faire plus avec moins », pris en étau entre une logique comptable à courte vue et la défiance des élus majoritaires envers leurs compétences.

L’office de tourisme empêché de travailler

Exemples de défiance et de désintérêt : dès sa prise de fonction, la nouvelle gouvernance intercommunale a mis fin à une étude en cours – initiée par l’OTI – visant à élaborer le schéma de développement touristique ; l’OTI n’a été associé ni à l’étude visant à inscrire la station de Lure dans le Plan Avenir Montagne, ni à la réflexion actuelle du département sur le tourisme ; si 9 élus de la majorité intercommunale siègent au conseil d’administration de l’OTI, à peine 4 viennent aux réunions de travail.

Quant à la logique comptable à courte vue : les charges locatives ont explosé par décision de l’intercommunalité alors que, dans le même temps, les recettes ont baissé ; de plus, la communauté de communes a exigé des temps d’ouverture au public plus larges sans les moyens humains et financiers nécessaires. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage : pris dans cet effet ciseaux, l’OTI ne peut plus travailler correctement.

Avant, les initiatives venaient du terrain

Le développement touristique est un métier. Il suppose des compétences, du travail, une vision. Du temps. Notre territoire a un rapport singulier au tourisme : historiquement, ce sont les acteurs de terrain qui s’en sont emparés. Ils ont été à l’origine d’innovations reprises ailleurs en France et ont bâti une identité forte avec les premières expériences du tourisme rural, l’invention géniale des « Bistrots de pays », la biennale des métiers d’art, le Pays du livre et de l’écriture…

Outre la « visibilité » sur les réseaux sociaux, l’équipe en place réchauffe le projet Lure « 4 saisons, famille, nature » (voir p. 3) et mise tout sur la lavande et le savon…

Nous étions innovateurs, nous voilà suiveurs. En sacrifiant le travail de long terme au tape-à-l’oeil des slogans, nous prenons le risque d’un tourisme devenu incontrôlable, qui submerge les populations locales comme à Roussillon, à Gordes ou aux Baux-de-Provence. • Ch.D.

Autres articles

Suppression d’Oxy’Jeunes : nos ados livrés à eux-mêmes ?

Les associations de Forcalquier : plus de transparence pour plus de confiance

Ressources

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des tracts envoyés aux forcalquiérennes et forcalquiérens.

P.V. d'A.G. 07.07.20

Le 7 juillet dernier s’est tenue l’assemblée générale de Forcalquier en commun en présence de 77 adhérents. Vous en découvrirez ici le procès-verbal qui relate, outre les formalités d’usage, quelques orientations pour l’avenir de notre association.

Tract #1

Qui sommes-nous ?
Les bases de notre action

Tract #2

Qui sommes-nous ?
La liste

Tract #3

Le programme
L'agenda