Une maison d’urgence dans la précipitation

Pour les habitants de la communauté de communes, l’accès aux soins est un sujet de préoccupation majeure, voire d’angoisse…

Quel nouvel arrivant n’a pas peiné à trouver un médecin traitant ? Qui n’a pas dû attendre des semaines avant d’avoir un rendez-vous avec un spécialiste ? Qui ne garde pas à l’esprit une petite appréhension en sachant que les urgences de Manosque ne fonctionnent plus que par intermittence à cause d’un déficit de médecins ? Comment, alors, ne pas se réjouir d’un projet de nouveau centre de soins !

Vitesse et précipitation

Présenté comme un centre d’urgence, ce projet a été conçu et annoncé en quelques semaines à peine à la fin 2022, prenant le risque que tout urgentiste doit éviter : confondre vitesse et précipitation. En l’état actuel, il s’agirait de faire de la « bobologie » sept jours sur sept, grâce à un roulement de 4 médecins et 4 infirmières / infirmiers, sans médecin traitant ni spécialiste.

La communication officielle vante « une structure d’accueil médicale et paramédicale innovante et adaptée aux besoins et caractéristiques du territoire ». Vraiment ? Cette décision ne s’appuie sur aucune étude ni analyse de la singularité du territoire, de ses besoins et de l’offre existante. L’agence régionale de santé n’était pas au courant (même si la majorité a affirmé qu’elle l’avait « concertée »). Les acteurs locaux de la santé, comme ceux de l’actuelle Maison de santé du Pays de Forcalquier, ont découvert le projet en même temps que le public.

Depuis, l’exécutif communautaire leur a proposé d’occuper tout le premier étage du futur bâtiment. Une chance qu’ils aient accepté, car le projet architectural était acté avant de savoir comment ce niveau serait utilisé ! Sauf que, entretemps, ils ont appris qu’ils n’auraient plus que la moitié de l’étage…

Un manque de bon sens flagrant

L’appel d’offres pour la construction du bâtiment traduit aussi cette impréparation : le plan ne prévoit ni salle d’attente ni salle de travail collectif ; en guise de climatisation l’été, il est spécifié d’ouvrir les fenêtres, alors que, en Provence, tout le monde sait qu’il faut les garder fermées pour ne pas faire entrer la chaleur…

Notre territoire a bien sûr besoin que l’offre de soins soit élargie. Mais il mérite aussi le meilleur des projets, c’est-à-dire le plus adapté et en synergie avec ce qui existe déjà. Une exigence d’efficacité d’autant plus nécessaire que les moyens humains et financiers sont limités.

Pas loin d’ici, à Volonne, les professionnels de santé, les élus, les architectes, la population ont réussi quelque chose de grand et de novateur pour leur maison de santé, en prenant le temps du dialogue, de l’information, de la concertation. Nous pouvons encore nous en inspirer. En urgence. • P.D. & B.G.

Autres articles

Odile Chenevez nous a quittés

Nous soutenons les « gardiennes de Lure »

Notre immobilité, leur priorité

L’énergie solaire, c’est d’abord l’affaire des citoyens

Ressources

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des tracts envoyés aux forcalquiérennes et forcalquiérens.

P.V. d'A.G. 07.07.20

Le 7 juillet dernier s’est tenue l’assemblée générale de Forcalquier en commun en présence de 77 adhérents. Vous en découvrirez ici le procès-verbal qui relate, outre les formalités d’usage, quelques orientations pour l’avenir de notre association.

Tract #1

Qui sommes-nous ?
Les bases de notre action

Tract #2

Qui sommes-nous ?
La liste

Tract #3

Le programme
L'agenda